©Karel de Gendre

Dans la salle du premier, c’est l’effervescence, tout le monde se prépare pour la prochaine activité : certains vont au "sport", d’autres ont leur séance de kiné ou d’orthophonie… « Kateline ! Kateline ! Quand est-ce qu’on y va ? » lance Gérard, gigotant dans tous les sens sur son siège. Le jeune garçon commence à s’impatienter : il prend sa chaise et la frappe sur le sol pour faire le plus de bruit possible. Il est temps de commencer la séance. Sékou s’approche de nous en poussant les roues de son fauteuil. Il ne parle pas mais son sourire en dit long : il est prêt !

Le signal est donné : « Gérard, prend ton fauteuil, on descend ! » annonce l’éducatrice. « Non pardon, ton déambulateur ! » se reprend-t-elle. « Non, non, je vais prendre mon fauteuil » lance Gérard, provocateur. « Gérard…tu sais bien que parfois je perds la tête. » « Ah d’accord, tu perds la tête… » rigole-t-il, attrapant son déambulateur au passage. Celui-là a l’air d’être un sacré numéro. Aujourd’hui, on emmène avec nous Gérard, Khadidji, Sékou, et Zoheb. Cheyenne, une jeune fille polyhandicapée, nous rejoint en bas, dans la salle du rez-de-chaussée.

Kateline gonfle le ballon pour faire ses passes. La séance n’a pas commencé que Gérard se met à crier. En face de lui, Sékou fait des bisous de loin à Khadidji, qui n’a pas du tout l’air gêné. C’est que notre petite princesse au doux sourire n’a pas qu’un seul prétendant dans l’établissement. Gérard ferait-il une crise de jalousie ? « Elle est à moi ! » lance-t-il. Cela en a tout l’air… « Sekou ! », celui-ci rattrape de justesse la balle qui a atterri sur ses genoux, la lève et, la tête tournée vers l’éducatrice assise à côté de lui, et il la renvoie en face, sans prévenir. Elle fait une belle trajectoire arrondie et rebondit au bout de la pièce. C’est sa manière bien à lui de jouer au ballon. Il agite les bras, jette la tête en arrière et pousse des petits cris de contentement : il est ravi, et très fier de lui. Notre joyeuse bande se prend au jeu : Khadidji sourit et lance la balle à son voisin Zoheb, qui la frappe sur le sol : quel beau rebond ! Allez Cheyenne, c’est ton tour. Kateline lui met la balle entre les mains. Elle parvient à la tenir entre ses deux mains recourbées, et la pousse de toutes ses forces en avant. La balle roule et percute le pied de la chaise de Zoheb. Belle passe !

On accélère la cadence. Et on ajoute une balle, pour compliquer l’affaire…et tester les réflexes. Les balles volent un peu partout, et les rires commencent à se faire entendre. Gérard, très en forme, attrape et la lance du tac au tac, de toutes ses forces. Le jeune garçon a bien besoin de se défouler. Mais la porte s’entrouvre : quelqu’un vient le chercher. La séance est déjà terminée pour lui, mais il ne manquera pas la prochaine !

Kateline prépare le prochain exercice : il faut lancer des cerceaux autour de plots placés sur le sol. Trop difficile pour Cheyenne qui ne peut les lancer. Kateline ne manque pas d’idées pour adapter ses exercices pour que tout le monde puisse participer, même les moins mobiles. Notre inventive CP place une table devant son fauteuil, juste à sa hauteur. La jeune fille saisit le cerceau, lève le bras, et parvient à le déposer autour du plot, presque sans aide. « Bravo ! Tu vois tu te débrouilles très bien Cheyenne ! » l’encourage Kateline. Les yeux pétillants, Cheyenne affiche un grand sourire un peu de travers et répond par un « ouais » franc et massif. Tandis que Sékou lance ses cerceaux à la volée, manquant à chaque coup d’éborgner l’éducatrice qui les ramasse, Kadidji et Zoheb se concentrent pour viser les plots les plus éloignés. Maintenant que nos jeunes amis sont experts en lancer de « frisbee », comme les appelle Zoheb, on peut passer au niveau supérieur : les plots sont remplacés par des grandes quilles destinés au chamboule-tout. Cela va demander plus d’effort ! Mais c’est encore plus amusant : Cheyenne pousse les quilles placées devant elle par terre, à côté de Sékou trop heureux de lui donner un coup de main.

« On revient au calme maintenant » murmure Kateline en donnant à chacun une petite balle de massage.  « Faites la rouler sur votre poignet, votre bras, comme cela regardez. » Sur une douce musique, chacun se met à s’auto-masser. Mais c’est encore mieux quand on le fait pour nous ! Cheyenne, aux anges, profite du massage personnalisé de Kateline. Khadidji, elle, ferme les yeux, les traits détendus et le sourire aux lèvres… « Et toi Zoheb, tu aimes bien ? Ça chatouille un peu ? » Il rigole en hochant la tête. Quand à Sékou, il gigote de partout pour attraper la balle. Impossible de le masser ! Mais lui, pas du tout frustré, prend son air charmeur et envoie des bisous à Kateline. Aucun de ces enfants ne peut parler, quelques mots tout au plus. Mais pour s’exprimer, pas besoin de mots ! Il suffit de lire sur leurs visages, et de voir leur sourire…


Articles similaires

Réalisation & référencement Site internet clé en main

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.